Peder Frederik Jensen

Peder Frederik Jensen naît à Copenhague en 1978.
Il est diplômé de l’Ecole Danoise des Ecrivains – Forfatterskolen.
Son premier roman, Her står du ( Tu es ici), sorti en 2007 aux editions Samleren fut appaudi par le public et par la presse.
P.F. Jensen est passionné de voile et constructeur de bateaux.
Il participe avec d’autres jeunes auteurs à l’écriture du journal pour les sans- abris Hus Forbi. En 2009, il fonde avec trois amis, jeunes écrivains comme lui, le magazine littéraire et artistique Morgenrøde.dk.
En 2012, il reçoit une bourse de la fondation Albert Dam pour sa contribution à l’art et à la littérature.

En 2015, il remporte le prix du meilleur jeune auteur dramatique en 2015 pour sa pièce, Godt vi har Allan( Heureusement qu’Allan est là).
La même année, il est nommé pour le Edvard Pedersen’s Library Foundation Author Award pour son roman Banedanmark.

En 2016, le roman Vold (Violence), publié chez Samlerens Forlag, lui vaut d’obtenir le Prix Otto Gelsted pour sa perception très fine et sa réflexion profonde sur une vie souvent imparfaite, tant dans le quartier de Vesterbro à Copenhague que dans la lointaine Afrique Occidentale. Parmi les précédents vainqueurs de ce prix prestigieux, on trouve, Carsten Jensen, Harald Voetmann, Anne Lise Marstrand-Jørgensen and Ursula Andkjær Olsen.

Le roman est nommé la même année pour Le Prix du roman Politiken.

Violence est à la fois l’histoire d’un périple en Afrique Occidentale et un plongeon dans la culture underground du Copenhague des années 90. C’est un roman initiatique, un livre qui fait réfléchir et une histoire d’amour.
Simon est un jeune écrivain vivant dans le quartier chaud autour de Istedgade, à quelques rues de la gare centrale de Copenhague, repaire des prostituées et des junkies. Sa relation avec sa petite amie bat de l’aile et, un jour, il craque. Il prépare son sac à dos et part pour l’Afrique de l’ouest – non pas en quête de lui-même, mais pour s’éloigner de tout, d’une famille dysfonctionnelle, de l’amour et de la mort. Mais c’est aussi le chaos qui l’attend sur le continent africain. Un désordre qui l’oblige à se confronter à son passé, à la maltraitance dont il fut victime dans l’enfance et au mal qu’il a fait aux autres. Violence est un roman brutal à de nombreux points de vue qui nous aide à mieux comprendre comment les enfants victimes de violence peuvent eux-mêmes devenir des adultes violents qui a leur tour deviennent des parents violents.

 

“Le livre m’a subjugué. Quand Peder Frederik Jensen ouvre les écluses de son coeur, il invite le lecteur à se pencher sur un volcan d’énergie artistique et de potentiel créatif. C’est un roman courageux, susceptible de générer des discussions essentielles. Un roman qui ose proposer quelque chose de totalement différent.” – Son éditeur : Jakob Malling Lambert

 

”Si on devait résumer en un mot le monde dans lequel nous vivons, ce mot serait violence. Le roman de Peder Frederik Jensen est aussi ambitieux que son titre l’annonce. L’histoire est universelle. On passe de l’immersion dans la culture Africaine à la violence politique entre factions d’extrême gauche à Copenhague. Peder Frederik Jensen est un reporter du réel et un visionnaire qui nous décrit un monde au bord du gouffre.” – Carsten Jensen